Jerk45

Jerk 45 fonde le collectif 9e Concept avec Stéphane Carricondo et Ned il y a plus de 25 ans. Sillonnant la rue et les galeries en collectif, Jerk 45 n’en a pas moins négligé son coup de pinceau, aiguisant son style retranché derrière ses toiles. À travers un univers fantasmagorique, coloré et foisonnant, Jerk nous conduit dans les tréfonds de son imaginaire, réussissant à y conjuguer tout l’esprit caustique de ses années punk, son enthousiasme ému pour les seventies et les fêlures de l’enfance. Dans cette jungle intérieure, ses chimères – personnages mi-animaux, mi-robots qui arpentend dans chacune de ses œuvres – jouent les courroies de transmission de ses angoisses et obsessions, accentuant ici la haine de l’extrémisme ou la dérision d’une foi aveugle. L’œil rivé vers le passé, il s’emploie à restituer une imagerie rétro, par des collages issus de magazines dont il fait la collection ou encore à l’aide de débris d’affiches récupérées dans le métro parisien ou chinées en brocantes. Un bricolage minutieux sur des compositions existantes, porté par un travail d’archive impressionnant, digne d’un historien. Plus qu’un simple peintre, il façonne avec l’ancien pour mieux évoquer le présent. À s’y pencher de plus près, Jerk n’est pas loin du militant du développement durable, recyclant sur ses toiles ses clichés chinés. Il en ressort un vaste bric-à-brac artistique, une œuvre hybride à la cohérence outrageuse.