Mateus Bailon

MATEUS BAILON
Après avoir grandi entouré par l’incroyable forêt brésilienne Mata Atlântica et ayant été témoin de sa déforestation par l’avidité humaine, Bailon déménagea à São Paulo, où il a en vu les conséquences. Une mégalopole, qui accueillit autrefois rivières, arbres, vie à l’état sauvage, n’est maintenant plus qu’une sorte de jungle urbaine, avec de grands bâtiments à perte de vue faits de ciment, métal et verre. Constater que l’humain est capable de s’éloigner d’un monde naturel et de le détruire afin d’en créer un, artificiel, pour satisfaire des besoins et désirs tout aussi artificiels, a permis à l’artiste de chercher au plus profond de son âme et d’apporter de la nature dans ces grandes villes. Il n’apporte pas seulement la nature en elle-même, mais sa propre nature, son essence en créant des animaux qui reflètent ses propres émotions et souvenirs dans une recherche quelque peu mythologique.

After growing up surrounded by the amazing Brazilian forest Mata Atlântica and witnessing its devastation promoted by human greed, Bailon moved to São Paulo where he saw the consequences of it. A giant metropolis that once was filled with rivers, trees and wild life is now sadly turned into a real concrete jungle, with  countless big buildings made of cement, metal and glass. The impact of seeing how human being is able to disconnect from the natural world and destroying it in order to create an artificial one to satisfy artificial needs and desires ended up helping the artist to search deep in his own soul and bring the nature to these big cities. Not only the nature itself, but his own nature, his essence, by creating animals that are reflections of his own feelings and memories in almost a mythological way